Toutes ces inventions ont contribué à la naissance du septième Art

Publié le 19 Janvier 2009


Vers la fin du XIX° siècle, les savants ont su - enfin - donner l'illusion du mouvement
grâce aux images.
Les jeux d'optique ont reçu des noms étranges de leurs inventeurs
(difficiles à placer dans une conversation) :
 le thaumatrope, le folioscope, le phénakistiscope, le zootrope, le praxinoscope
.






Le thaumatrope













En 1820, deux Anglais Fritton et Paris inventent un jouet qu'ils appellent le thaumatrope, c'est-à-dire le « prodige tournant ». Il s'agit d'un disque sur lequel sont représentés deux dessins distincts : par exemple, on peut avoir d'un coté un oiseau  et de l'autre une cage.
Si l'on fait tourner le disque assez rapidement, on peu voir l'oiseau dans sa cage...




















                                                             Le folioscope







.








 





L'origine  
du folioscope est incertaine et pourtant on l'attribue au Français
Desvignes vers 1834. Toutefois, le folioscope est breveté par l'Anglais Linnett en 1868, par l'Américain Van Hoevenbergh en 1872 et 1882. Un folioscope est un livret où chaque position est dessiné sur une page.
Le mouvement est recomposé par effeuillage
.







                                                               

                                                   Le phénakistiscope




Entre 1829 et 1833, un physicien belge, Joseph Plateau se livre à plusieurs expériences sur les propriétés de l'œil (ironie du sort, cet inventeur deviendra aveugle les dernières années de sa vie).
Lui aussi invente un jouet qu'il appelle le phénakistiscope. Il s'agit de deux disques en cartons. Sur  l'un se trouvent dessinées les différentes phases d'un même mouvement et l'autre est percé de fentes réparties de façon aussi régulière que les images. En faisant tourner les deux disques placés sur un même axe, on a l'impression de voir le mouvement se faire et se répéter
.





























                                                                  



                                                      Le Zootrope




Créé en 1833 par William
Horner, le zootrope est un cylindre percé de fentes dans lequel est placée une bande d'un mouvement découpé. A chaque fente correspond un dessin. Lorsque le tout se met à tourner, en regardant par les fentes, on a l'impression que les images se suivent sans rupture.
Les bandes dessinées de Horner représentaient principalement le mouvement d'un animal d'où le nom du système,
zoo
trope.







                                                                                Le  praxinoscope





En août 1877, un instituteur du Puy-en-Velay, une petite ville du Massif central, dépose un brevet pour un objet qu'il appelle « praxinoscope ». Cet homme s'appelle Émile Reynaud. L'année suivante, il monte à Paris pour présenter son appareil lors d'une grande exposition internationale. Pour la première fois, le grand public peut voir des personnages bouger, nager, sauter… Le  praxinoscope améliore nettement tous les instruments précédents. Il permet d'observer de véritables petites scènes de manière agréable au moyen d'un dispositif qui comporte plusieurs miroirs à facettes ce qui diminue considérablement toutes les impressions de saccade. Cependant, chaque scène ne comporte que 12 images, ce qui la rend courte et un peu ennuyeuse au bout d'un certain temps, à vrai dire...








Rédigé par Urga

Publié dans #EN VRAC

Repost 0
Commenter cet article

Bernard 23/01/2009 11:20

Tu peux aussi y ajouter le Kaleidoscope...
une superbe découverte du français Alphonse Giroux en 1918..

Urga 23/01/2009 22:23


 j'ai passé des heures étant gamine  l'oeil collé au kaléidoscope .... à rêver d'univers étoilés ....


Asmaa 20/01/2009 16:30

Intéressantes informations!!! Merci!!!

Urga 28/01/2009 14:31


de rien Asmaa ....contenet de ta visite ...merci


Christian le grillon 20/01/2009 07:59

Bonjour Urga,

Tu as fait une belle recherche dans ces inventions ephémères, qui ont pourtant fait avancer vers le cinema. Je me souviens d'un livre qui effeuillait litéralement un dame qui se retrouvait nue à la fin , et qui avait un succès énorme dans les cours de récréation du collège. Un autre montrait deux boxeurs qui échangeaient les coups. Beaucoup moins palpitant.

Bises du grillon qui continue chez toi.

Urga 28/01/2009 14:32


les boxeurs , je les ai trouvé aussi .....je les mettrais un autre jour


françoise la comtoise 19/01/2009 13:52

Coucou !
Il a fallu beaucoup de ces petites inventions pour arriver au cinéma de maintenant.
Bon reportage .
Bizous Françoise !

Urga 19/01/2009 18:53


Coucou Françoise .... dommage que les places de cinéma deviennt aussi chères , on pourrait y aller plus souvent ... Belle invention

bises


Bruno 18/01/2009 19:07

Merci Urga
quel beau trombinoscope des inventions en trope et en scope
Bises
après le passé, regardons le futur au scope

Urga 19/01/2009 07:15


justement c'est un lieu ou je n'ai pas eu l'occasion d'aller encore ...


teresa 18/01/2009 14:04

J'aurais appris pleins de choses aujourd'hui... et ce grâce à toi merci !!!

Urga 19/01/2009 07:15


bises


arachnée 18/01/2009 11:48

l'impression d etre moins bete ce matin..
termes dont j'avais pas ou peu connaissance!
bonne journée Urga

Urga 19/01/2009 07:16


et bien ce sont aussi des termes que nous n'employons pas tous les jours ... heuireusement lolll


ventdamont 18/01/2009 11:07

dans ton blogourgatrope on apprend tous les jours pour un ancien cancre c'est que du bonheur!
amitiès

Urga 19/01/2009 07:17


blogourgatrope lolll ... j'aime bien
merci vendamont bises


p'tite môman :0059: 18/01/2009 10:20

superbe !
je connaissais certains de ces appareils mais je n'avais jamais eu l'occasion de les voir.
merci d'avoir pallier à cette lacune.
et merci pour tes commentaires

Urga 19/01/2009 07:17


bisous